INTERVIEW – NAZAR, la house dance dans la peau

INTERVIEW – NAZAR, la house dance dans la peau
STRITER : Est-ce que tu peux te présenter ?
Je m’appelle Nazar, Danseur professionnel Chorégraphe et Modele

STRITER : Qu’est-ce qui t’a fait choisir la House comme style de prédilection ?
La liberté que j’arrivais à avoir, la musique que j’aimais beaucoup et le fait d’échanger avec les autres car en dehors des battles et des scènes, shows c’est avant tout une danse de club et de partage. C’était la suite logique pour moi, javais mes bases en pop, lock, hype et je faisais déjà des chorées en Hip-hop et au fur à mesure d’aller au djoon et de voir plein de danseurs qui m’inspiraient, ça c’est fait naturellement… 

STRITER : As-tu des inspirations ? 
Oui, je me suis beaucoup inspiré des danseurs américains et des anciens français forcément mais je m’inspire aussi beaucoup de mes voyages, de l’art et de la nature. 
STRITER :  Quelles ont été tes meilleures expériences sur scène ?
Forcément pouvoir danser pour le « lifetime achievement » de Janet Jackson. C’était juste incroyable. J’ai eu la chance de danser dans le show de travis Payne (le chorégraphe de Michael et Janet Jackson) et voir Janet qui te valide, c’est des émotions inexplicables…

J’ai aussi la chance de danser à Las Vegas dans la mythique salle du MGM pour un fight et c’était chorégraphie par Dave scott, le chorégraphe de Street Dancer. C’était vraiment enrichissant aussi de pouvoir danser dans son show.  

Ensuite, les scènes que j’ai pu faire comme la chanson de l’année sur TF1 ou les NRJ Music Awards car ce sont des émissions que tu regardes quand t’es petit et tu t’imagines un jour, toi aussi pouvoir le faire..! 
 

STRITER : On t’a vu dernièrement dans des shows télévisés, ton profil détonne des danseurs choisis habituellement, comment as-tu su dépasser cela et te faire accepter ?
J’ai réussi à dépasser cela car j’ai  toujours voulu imposer le talent et l’envie de réussir avant tout. J’ai eu la chance qu’une chorégraphe, Kany, m’ait offert mon premier show à la télé. Et ensuite, certaines expériences en ont découlé : suite à cette première expérience, j’ai pu travaillé avec d’autres grands chorégraphes en ayant passé les castings. J’ai pris conscience que les physiques à la télé doivent être classiques la plupart du temps donc je savais bien qu’un mec de l’underground comme moi aurait dû mal à s’imposer au début mais tout dépend du chorégraphe avec qui tu travailles et s’il fait passer le talent avant ou pas… 
STRITER : C’est quoi tes objectifs aujourd’hui ?
Progresser bien évidemment, continuer à voyager et continuer à vivre de ma passion le plus longtemps possible. 

STRITER : Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?
Une bonne santé avant tout et le reste tient de notre ressort et du destin. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :